Chat portant des lunettes

La lisibilité, qu’est ce que c’est ?

« La lisibilité est l’aptitude d’un texte à être lu rapidement, compris aisément et bien mémorisé. »  Nicole-Marie Fernbach, 1990. Fondatrice du Centre International de Lisibilité.

 

Là où nous n’avons qu’un mot, la langue anglaise utilise 2 concepts intéressants pour évoquer la lisibilité : Legibility et Readability.

Legibility traite de l’aisance à la lecture par le biais de la typographie choisie,

Readability parle de la facilité avec laquelle nous comprenons une information. Cela est en lien avec le vocabulaire, la syntaxe, les tournures de phrases…

 

Ça concerne qui ?

  • Enfants et adultes en apprentissage de la lecture
  • Personnes déficientes visuelles
  • Lecteurs avec des troubles DYS : dyslexie, dyspraxie…
  • Personnes éloignées du français
  • Personnes âgées

Rendre une information lisible, c’est essentiel pour 10% de la population, nécessaire pour 40% de la population et confortable pour 100% de la population.

Nous pouvons distinguer 2 types de lectures :

  • Lecture continue qui concerne les textes longs (livres, e-book, articles de journal, blog). Elle demande concentration et attention.
  • La lecture discontinue qui concerne les textes courts (Site web / réseaux sociaux, signalétique, dictionnaire…). Le lecteur a pour objectif de trouver rapidement une information. Sa lecture est saccadée.

 

Comment faciliter l’accès à l’information ?

En minimisant l’effort du récepteur du message. Pour cela trois thématiques sont à prendre en compte : le format, la syntaxe et les éléments facilitateurs.

Le format

La vitesse et la facilité de lecture varient en fonction de plusieurs éléments, essentiellement graphiques.

  • La typograhie : préférer des polices avec serif et linéales aux polices calligraphiques et fantaisie.
  • La taille des caractères : 14 pts minimum en impression (supports papier). 16 à 18 em (unités relatives) pour le numérique (18 ou 20 pour les personnes âgées). Éviter le texte en majuscule.
  • Les effets graphiques : limiter le soulignement, le condensé, les contours, les dégradés et les italiques.
  • L’interlettrage et l’interlignage : minimum 150% de la taille de la police
  • Les contrastes : Le contraste entre le texte et le fond doit être d’au moins 70% (tableau des contrastes d’Arthur et Passini). Les fonds illustrés et dégradés nuisent à la lisibilité.

Les contrastes sur fond photographique rendent la lisibilité plus difficile.

La syntaxe

  • Préférer des phrases courtes.
  • Éviter les césures en fin de phrases.
  • Séparer le texte en différents paragraphes.
  • Préférer un paragraphe ferré à gauche.
  • Éviter les sigles, abréviations ou acronymes.
  • Utiliser un vocabulaire simple.
  • Structurer le texte avec des titres et des sous‑titres.

Les éléments facilitateurs

  • Les listes à puces
  • Les pictogrammes ou images
  • Les encarts de couleur
  • Une cohérence graphique globale
  • Des mots clefs

Vous souhaitez en savoir + ?

Découvrez nos offres et réalisations.